jeudi 25 mai 2017
Flash Infos
Les trois commandements de la croissance robuste en Afrique subsaharienne, selon le FMI: Les pays d'Afrique subsaharienne doivent assainir leurs politiques budgétaires, diversifier leurs économies et s'occuper de leurs populations les plus démunies. Ce sont, en effet, les trois piliers à prendre en compte pour que cette région de l’Afrique puisse espérer une                                                    Soutien à l’agriculture : la BAD promet 2,4 milliards Usd de financement par an : Porté il y a deux ans aux commandes de la Banque Africaine de Développement (BAD), le Nigérian Akinwumi Adesina, qui a été auparavant ministre de l’Agriculture dans son pays avant de rejoindre la BAD, estime que le moment est venu                                                    Formalisation du secteur minier artisanal pour améliorer les conditions humaines: « Suivre l'évolution de l'or artisanal depuis le site minier jusqu'à l'exportation conformément aux normes régionales et internationales », tel est l’objectif que s'est fixé la structure « partenariat Afrique-Canada ». Mercredi 17 mai, la structure « Partenariat Afrique-Canada (PAC) »                                                    Mise en place d’un guide pratique pour la croissance agricole au Kongo Central: Le ministre provincial de l’Agriculture, développement rural, pêche et élevage du Kongo Central, Pierre Kabangu Nsalambi, a clôturé mardi les travaux de l’atelier de validation des outils de chaînes de valeurs agricoles développés dans le projet de développement du pole                                                    Newsletter du mois d'avril 2017: La présente newsletter est un bulletin d’informations mensuel, destiné aux partenaires de l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements (ANAPI), hommes d’affaires et investisseurs réels et potentiels disséminés à travers le monde. Les informations mises à la portée du public sont sélectionnées                                                    Organisation du Forum sur les opportunités de financement et des avantages offerts par la TDB Banque et l’ACA à Kinshasa: Kinshasa a abrité en début de la semaine du 15 mai 2017, le forum d’affaires sur les opportunités de financement et les avantages qu’offrent la Banque de commerce et de développement de l’Afrique Orientale et Australe (TDB) et l’Agence pour                                                    Le COMESA appelé à développer l’agriculture pour accroître le commerce intra régional : Les pays membres du Marché commun de l’Afrique Orientale et Australe (COMESA) dont la République Démocratique du Congo, ont été appelés à développer l’agriculture en vue d’accroître la production nationale et soutenir le commerce intra régional, au cours d’un forum                                                    Le système de Passation des marchés publics en RDC jugé conforme aux standards internationaux: Les participants à l’atelier de validation  du rapport d’évaluation du système de passation des marchés publics en République démocratique du Congo pour l’exercice 2017 ont estimé que  le cadre légal et réglementaire du système national de passation des marchés publics                                                     La RDC bientôt dotée de la loi sur l’activité semencière: Les participants à l’atelier de sensibilisation  des parlementaires  sur la proposition  de loi  relative  à l’activité  semencière  en RDC, organisé par le COMESA (Marché commun  de l’Afrique orientale et australe) du 08 au 10 mai à Kinshasa, ont convenu de                                                    RD Congo : Amani Gold lèvera 25 millions $ pour faire avancer son projet Giro: La compagnie minière Amani Gold a conclu avec le chinois Luck Winner Investment, un mémorandum d’entente (MoU) portant sur un investissement de 25 millions $ dans le projet aurifère Giro, en RD Congo. Les fonds qui seront levés par le                                                   

Démographie et main d’œuvre

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Selon le recensement du FMI réalisé en 2011, la population de la République démocratique du Congo se chiffre à 72 571 000 habitants, dont 35 % vivent dans les zones urbaines. Comme dans de nombreux pays en développement, la population est très jeune, leur âge médian étant de 17,4 ans. Le tableau ci-après comporte les chiffres historiques et projetés :

Données démographiques historiques et projetées

Année 1995 2005 2012 2015 2025
Population (milliers) 46 705 60 698 73 599 79 375 99 162
Croissance (moyenne annuelle) 2,6 3,0 2,6 2,5 2,0

Source : Base de données internationale du Bureau de recensement des États-Unis

Répartition démographique, par genre et par âge

  Total Hommes Femmes
Population 73 599 190 (2012)    
0 - 14 ans 44,4 % 16 031 347 15 811 818
15 - 64 ans 53 % 18 919 942 19 116 204
65 ans et au-delà 2,6 % 767 119 1 066 437

Répartition démographique, par genre et par âge

Image Demographique

Source : Base de données internationale du Bureau de recensement des États-Unis

Taux de croissance démographique

  Total
Taux de croissance démographique (moyenne annuelle 2010-2015) 2,6 %
Taux de croissance de la population urbaine (moyenne annuelle 2010-2015) 4,5 %
Taux de croissance de la population rurale (moyenne annuelle 2010-2015) 1,6 %
Population urbaine (du total) 35 %

Source : UN Data

Taux de participation à l’emploi, taux de scolarisation et taux d’alphabétisation, par genre

  Masculin Féminin
Taux de participation à l’emploi 86 % 57 %
Taux bruts de scolarisation du primaire et du secondaire 75 % 58 %
Taux d’alphabétisation (personnes âgées de 15 ans et plus qui savent lire et écrire le français, le Lingala, le Kingwana, ou le Tshiluba) 81 % 54 %

Source : UN Data

Bien que l'enseignement primaire soit obligatoire, jusqu'à tout récemment, la scolarisation était essentiellement financée par les parents en raison du manque d'infrastructures et de fonds publics, notamment dans les zones rurales isolées. En 2009, le secteur public comptait 29 490 écoles primaires et 14 163 établissements secondaires, qui étaient néanmoins inégalement répartis sur le territoire. La durée de la scolarité obligatoire est de six ans, entre l'âge de 6 et 12 ans. L'enseignement secondaire comporte un cycle long et un cycle court. Le cycle long comprend un domaine général, un domaine standard et un domaine technique. Les étudiants qui réussissent à l'examen national, appelé « examen d'État », reçoivent le Diplôme d'État qui certifie l'achèvement de leurs études secondaires. Depuis 2006, le nouveau gouvernement dirigé par Kabila a décidé que l'éducation serait l'un des cinq domaines clés. Par conséquent, le budget de l'éducation a augmenté, pour atteindre un peu plus de 11 % du total.

Études universitaires et supérieures

En termes de répartition géographique, des 561 collèges et universités existant au niveau de l'enseignement supérieur, 70 % se situent à Kinshasa, la capitale du pays. Quatre de ces universités, à savoir, celles de Goma, Kinshasa, Lubumbashi et Kongo, sont financées par l’État. Des diplômés de niveaux divers entre 2008 et 2010, comptant plus de 215 000, ont permis de constituer un ensemble de nouveaux arrivants sur le marché du travail dans un large éventail de domaines, entre autres : l’administration des affaires, le droit, le développement communautaire, la santé publique, l'ingénierie, l’économie et le développement, l’informatique, la gestion, la médecine, la médecine vétérinaire, la pharmacie, la philosophie et la littérature, la psychologie, l'éducation, les sciences, l’agronomie, les communications, et les sciences de la santé.

Analyse de la situation dans le domaine du travail

La grande population urbaine de la RD Congo constitue une réserve de main-d'œuvre disponible, notamment un nombre important de diplômés d’études secondaires ou universitaires dont certains ont poursuivi leurs études dans des universités américaines. La main-d’œuvre industrielle qualifiée est généralement formée par certaines entreprises.

Le salaire minimum de tout travailleur en entreprise privée est fixé par l’État au niveau régional, les échelles salariales les plus élevées étant appliquées dans les villes de Kinshasa et de Lubumbashi.

Le Code du travail 2002 a modifié la législation du travail nationale, qui est en conformité avec les conventions et recommandations de l'Organisation internationale du travail. Le Code prévoit un contrôle rigoureux des pratiques de travail et régit le recrutement, les marchés, l'emploi des femmes et des enfants, et les conditions générales de travail. Le Code prévoit également un salaire égal à travail égal, sans distinction de l'origine, du sexe ou de l'âge. Le Code autorise officiellement une femme à obtenir un emploi à l'extérieur de son domicile sans la permission de son mari.

Les employeurs doivent couvrir les frais médicaux et ceux découlant des accidents. Les plus grandes entreprises sont tenues d’avoir du personnel et des installations médicales sur place et ces obligations s’étendent à mesure qu’augmente le nombre d'employés. Les employeurs doivent prévoir des allocations familiales en fonction du nombre d'enfants à charge, et les congés payés et les vacances annuelles sont fondés sur le nombre d’années de service. Les employeurs doivent également assurer le transport quotidien de leurs employés ou leur verser une indemnité dans les zones desservies par les transports publics. En dehors des grandes villes, les grandes entreprises apportent souvent leur concours en fournissant des infrastructures comme les routes, les établissements scolaires et les hôpitaux. Il revient au ministère du Travail d’autoriser toute réduction d’effectifs. Le Code du travail exige que les employés bénéficient de pensions et d’indemnités de départ généreuses.

Chaque employé étranger doit présenter une demande de permis de travail auprès de la Commission nationale de l'emploi des étrangers au sein du ministère du Travail. La rubrique « Permis d’entrée, de travail et de résidence » renferme plus de renseignements à ce sujet.

Le droit de grève est reconnu et la législation prévoit des procédures de conciliation dans les cas où l’État n'y est pas impliqué.

Source : Doing Business in DR Congo, US Commercial Services, 2012

Pourquoi investir en RDCongo ?

Anapi African Business

Facebook

ANAPI

33C, Boulevard du 30 Juin,
Kinshasa, République Démocratique du Congo
anapi@investindrc.com/anapi@investindrc.cd
Tel.: 00243 999 925 026
  ou  

P.o. Box
1797 Kinshasa 1

Coordonnées bancaires
Cpt. RAW BANK 0100046502-09USD
Cpt. RAW BANK 0100046501-12 CDF