mardi 27 juin 2017
Flash Infos
BAD : une nouvelle stratégie pour créer 25 millions d’emplois sur la prochaine décennie : A l’horizon 2025, la Banque africaine de développement (BAD) promet de générer 25 millions d'emplois à travers sa nouvelle stratégie qui pourrait avoir un impact positif sur un total de 50 millions de jeunes. Dénommée « Emploi pour les jeunes en Afrique                                                    PARTICIPATION DE L’ANAPI A LA JOURNEE D’OPPORTUNITES D’AFFAIRES PAYS, CE MERCREDI 21 JUIN 2017 A L’HOTEL MEMLING: Il s’est tenu ce mercredi 21 juin 2017 à l’Hôtel Memling de la Gombe, la Journée d’Opportunités d’Affaires Pays, organisée par la Nouvelle Chambre de Commerce Nationale, en sigle NCCN-RDC. L’organisation de cette journée s’inscrit dans l’optique de la promotion des                                                    Dix millions de dollars pour relancer les activités de la Minière de Bakwanga au Kasaï Oriental: Le gouvernement disponibilise actuellement la somme de dix millions de dollars américains en vue de relancer les activités de la Minière de Bakwanga, au Kasaï Oriental et éviter ainsi  la mort programmée de cet ancien fleuron de l’économie congolaise, a                                                    Ituri: 3,5 millions USD pour la gestion des Lacs Albert et Edouard: La Banque Africaine pour le Développement(BAD) a débloqué 3,5 millions de dollars américains pour le projet LEAF 2, qui vise à accroitre la production des poissons des lacs Albert et Edouard et améliorer les conditions de vie de la population                                                    La RDC, candidate pour abriter le bureau régional de la BAD: Le Ministre des Finances, Henry Yav Mulang, en  sa qualité de gouverneur pays auprès de la Banque africaine de développement (BAD), a proposé la candidature de la République démocratique du Congo pour abriter le bureau régional de cette institution bancaire                                                    La RDC lance son Initiative pour la traçabilité de l’or artisanal de l’or (ITOA): Le ministère des Mines a lancé lundi 19 juin à Kinshasa un dispositif pour assurer la traçabilité de l’or produite artisanalement en RDC. Ce dispositif, appelé ITOA (Initiative pour la traçabilité de l’or artisanal) vise l’encadrement de la filière aurifère pour                                                    Le premier café « Arabica » produit en RDC apprécié sur les marchés internationaux : Le Directeur général de l’Office national de café (ONC), Augustin Bompate Bo-Lounda, a indiqué au cours d’un entretien lundi 19 juin 2017 avec l’ACP, que le café « Arabica » produit pour la première fois en RDC est prisé sur                                                    Quinze millions USD des investisseurs indiens pour l’électrification de la ville de Mbandaka: Le ministre d’Etat en charge du Plan, Modeste Bahati Lukwebo, a échangé jeudi avec une délégation des investisseurs indiens conduite par le gouverneur de la province de l’Equateur, Tony Bolamba , sur un projet d’investissement de l’ordre de 15 millions                                                    La RDC et la Banque mondiale signent trois accords de financement d’un montant de 280 millions USD : Le ministre des Finances, Henry  Yav  Mulang pour la République démocratique du Congo (RDC) et le directeur  des opérations de la Banque mondiale en RDC, Ahmadou Moustapha Ndiaye, ont signé mardi  à Kinshasa, trois   accords  de financement de 280 millions                                                    Le démarrage des travaux de la CIMASAT annoncé pour cette année: Le ministre de l’Industrie, Ilunga Leu a annoncé, mercredi à l’occasion de sa réplique aux préoccupations des députés nationaux relatives à la question orale avec débat du député Alphonse Awenze Makiaba  sur la situation actuelle de la cimenterie de Maïko,                                                   

Industrie

I. Potentialités

La R.D.Congo dispose de plusieurs potentialités pour développer son secteur industriel, à savoir :

  1. Main d’œuvre abondante et bon marché ;
  2. Diversité des matières premières (bois, pétrole, minerais, quartz, etc.), favorables au développement du tissu industriel national ;
  3. Marché global de plus de 70 millions de consommateurs potentiels, extensible au niveau sous-régional ;
  4. Existence de 80 millions d’hectares de terres arables favorables au développement de l’agro-industrie ;
  5. Existence d’une part importante de marché dans les différentes filières industrielles ;
  6. La mise en œuvre de la Centrale d’Inga 3, de Kakobola, de Zongo II et de Katende, constitue un atout majeur pour relancer le volume de production existant et de favoriser l’attraction des investissements nouveaux au pays.

II. Réalisation

  • Implantation de la Zone Economique Spéciale pilote de Maluku ;
  • Lancement du projet Pool de croissance dans la cité de Kimpese à plus de 130 Km à l’Est de Matadi (Bas-Congo). Il s’agit d’un projet de la Banque mondiale qui consiste à financer le secteur agricole et les infrastructures routières en RDC. Son coût est estimé à plus de 110 millions de dollars américains pour tout le pays, dont 48 millions destinés aux agriculteurs de la province du Bas-Congo. Il est question d’aider les agriculteurs à augmenter leur production agricole.
  • Lancement des activités du Parc agro industriel pilote de BUKANGA LONZO.

III. Vision

L’industrie est l’un des secteurs prioritaires du Gouvernement à l’instar de l’agriculture, des infrastructures, de l’énergie, de la santé, de l’enseignement, de l’habitat, des hydrocarbures, etc.

Dans sa vision, le Gouvernement a adopté une approche de développement dite « autocentrée et intégrée », consistant au déploiement équilibré sur le territoire national des pôles économiques et industrielles de croissance.

Cette approche s’appuie sur la possibilité de développer, en fonction des avantages comparatifs et compétitifs de chaque espace économique, des industries de transformation et des industries manufacturières, particulièrement dans les secteurs agro-industriels, de valorisation des ressources naturelles et des industries structurantes ou industrialisantes.

La stratégie de développement du secteur industriel est principalement axée sur la création des Zones Economiques Spéciales (ZES), des parcs agro-industriels et des pôles de croissance.

IV. Cadre légal

  • Loi n° 14/022 du 07 juillet 2014 fixant le régime des Zones économiques spéciales (ZES) en République démocratique du Congo (RDC).

Cette Loi vise les objectifs suivants :

  1. Améliorer le cadre juridique et institutionnel susceptible d’attirer et de préserver les investissements privés nationaux et étrangers, en vue de promouvoir le développement du pays ;
  2. Simplifier les procédures administratives afin d’améliorer davantage le climat des affaires et d’attirer les investissements ;
  3. Renforcer les mécanismes de résolution des différends liés aux investissements ;
  4. Offrir un environnement des affaires incitatif, transparent et cohérent, en vue d’encourager les investissements privés nationaux et étrangers générateurs de croissance et d’emplois et d’augmenter le jeu de la concurrence en République Démocratique du Congo ;
  5. Fixer les règles d’organisation et de fonctionnement des zones économiques spéciales, leurs missions et leurs délimitations ;
  6. Déterminer les pouvoirs d’encadrement de l’Agence des zones économiques spéciales, y compris ses compétences exclusives et privatives ;
  7. Préciser le régime applicable aux entreprises pouvant exercer leurs activités dans les zones économiques spéciales, sauf en ce qui a trait aux dispositions fiscales et douanières qui seront énoncées dans la Loi des finances.
  • Loi n°14/023 du 07 juillet 2014 fixant les règles relatives aux conditions et modalités de sauvetage de l’entreprise industrielle en difficulté.

Les dispositions de la présente Loi s’appliquent à toute entreprise industrielle en difficulté suite aux facteurs exogènes et faisant l’objet d’une procédure soit de règlement préventif, soit de redressement judiciaire.

L’entreprise industrielle en difficulté est admissible aux avantages prévus à l’article 9 de la présente Loi, à la condition préalable de faire l’objet d’une procédure collective du règlement préventif ou de redressement judiciaire visant à :

    • Garantir les emplois directs et indirects ;
    • Valoriser les matières premières locales ;
    • Garantir la contribution fiscale aux recettes du pouvoir central, des provinces et des entités territoriales décentralisées ;
    • Assurer le maintien des impacts socio-économiques sur l’environnement local et national.

Toute entreprise industrielle en difficulté qui souhaite bénéficier des avantages prévus à l’article 9 de la présente Loi est tenue, à cet effet, de déposer, à l’ouverture ou après l’ouverture de la procédure collective, au plus tard avant le concordat préventif ou de redressement, une demande d’octroi à l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements.

Pourquoi investir en RDCongo ?

Anapi African Business

Facebook

ANAPI

33C, Boulevard du 30 Juin,
Kinshasa, République Démocratique du Congo
anapi@investindrc.com/anapi@investindrc.cd
Tel.: 00243 999 925 026
  ou  

P.o. Box
1797 Kinshasa 1

Coordonnées bancaires
Cpt. RAW BANK 0100046502-09USD
Cpt. RAW BANK 0100046501-12 CDF